Lettre ouverte à Madame Élise LUCET

 

Chère Madame,

 

Restant toujours réjoui (et même fier) de vos enquêtes, je tenais à vous remercier par courriel (https://fr-fr.facebook.com/EliseLucetOfficiel/ &https://www.facebook.com/cashinvestigationfrance2/?fref=mentions) et féliciter vos équipes et vous-mêmes : vous faites honneur à votre profession de journalistes d’investigation !

Et je dois dire que c’est assez rare pour être dignement salué, en cette époque de reprises de « communiqués » qui tournent en boucle, rédigés par les toujours mêmes agences de communication.

 

Toutefois, il est une question que je me (et vous) pose : pour quelle raison vous n’êtes pas encore « aller au bout » d’un scandale vraiment extraordinaire qui devrait secouer l’opinion publique quant à la fabuleuse possibilité permise par nos institutions (démocratiquement contrôlées) de dissimuler encore et toujours des détournements majeurs, vraiment « très majeurs », d’argent public ?

J’évoque là les détournements de l’argent de la guerre du Golfe de 1991…

Et ils se montent à plusieurs dizaines de milliards de dollars de l’époque : Ce qui est pour le moins CONSIDÉRABLE.

 

Version courte : « L’affaire » est très documentée sur au moins deux sites parmi des dizaines d’autres, notamment dans la presse francophone helvétique et Belge.

Alerte éthique de Monsieur Jean-Charles DUBOC :http://euroclippers.typepad.fr/alerte_ethique/ qui a découvert ce dossier par hasard en 1998 et (je vous recommande de prendre langue avec lui, même si je ne suis pas toujours d’accord avec ses analyses…) ;

Et sur celui de Monsieur Christian BASANO, BASA CODE : http://basacode.blogspot.fr/) qui a été au cœur du second volet de ces gigantesques détournements d’argent (lui-même devenu « très méfiant » depuis quelques « alertes » quant à la sécurité de sa personne).

 

Pour votre information –  car il y a « des risques » à soulever ce type de scandale « stratosphérique » – votre confère Julien COURBET avait déjà préparé un reportage sur le second sujet en l’an 2000. Son émission annoncée par l’opérateur télévisuel a été retirée du programme de la soirée au dernier moment…

Il en a dit que c’était la seule fois où il a été censuré par sa direction (qui est d’ailleurs la même que la vôtre…) et que c’est à cette occasion-là que ses locaux ont été dévastés par des « plombiers » nocturnes qui n’aurait emporté qu’un seul document…

Je vous laisse le soin de prendre langue avec lui-même.

 

Version moins courte : En août 1990, Saddam Hussein envahit le Koweït dont il sera délogé après seulement 100 heures de combats au sol par les troupes de la coalition après une longue préparation d’intenses bombardements aériens.

Il laisse un État dévasté avec près de 1.200 puits de pétrole en feu.

Coût des opérations militaires pour les koweïtiens : officiellement 84 milliards de dollars (http://www.nytimes.com/1992/09/08/world/gulf-war-s-cost-to-arabs-estimated-at-620-billion.html) pris en charge et depuis remboursés par les irakiens, via la CINUD, sis à Genève.

 

Au passage, la France reçoit 1 milliard de dollars en février 1991 (https://www.lesechos.fr/26/02/1991/LesEchos/15836-009-ECH_le-koweit-donne-un-milliard-de-dollars-a-la-france.htm). L’émir régnant en sera remercié par le ministre des affaires étrangères du moment (http://discours.vie-publique.fr/notices/912007900.html).

Sachez seulement que depuis, une poignée de députés de la précédente mandature demandaient quelques éclaircissements sur l’affectation de ces sommes, tant à l’ex-ministre de la défense (aujourd’hui ministre des affaires étrangères) qu’à l’ex-ministre des finances (dont l’un est désormais Président de la République) qui faisaient répondre officiellement et systématiquement par leurs services qu’il n’y avait AUCUNE TRACE DE SES FONDS en comptabilité publique…

 

À ce stade-là, sachez que vous vous attaquerez à « du lourd » si vous souhaitez aller plus loin dans vos « investigations » !

Car il tombe sous le sens que s’il n’y a aucune trace en comptabilité publique, c’est que ces fonds n’ont jamais franchi la frontière de notre pays bénéficiaire…

 

D’autant que certaines sources « autorisées » (mais encore à recouper) ont fait mention de divers « dédommagements » de l’engagement de nos troupes à hauteur de 7,5 milliards de dollars.

Vous n’étiez peut-être pas encore au fait de l’actualité du moment à cette époque-là, mais on retrouve une partie de ces données dans les débats – un peu confus il est vrai – de fin d’année 1991 au JO des débats de l’AN à l’occasion du vote de la loi de finances de 1992, où il est indiqué par un député en réponse au ministre concerné que finalement, cette opération « guerrière » aura été « une bonne affaire » pour les finances du pays.

Effectivement, à l’époque, contribuable encore assidu à mes devoirs de citoyen, je m’attendais soit à une contribution exceptionnelle, soit à un « grand-emprunt » à souscription obligatoire (façon « impôt sécheresse » de Monsieur GISCARD-D’ESTAING) et je n’ai rien vu venir.

 

Avant d’aller plus en avant – mais vous vous ferez confirmer cette « affaire » par votre confère J. COURBET – il faut noter que les incendies des puits de pétrole koweïtiens, étouffés en un temps record, ont fait l’objet d’une escroquerie montée par des notaires et juristes français et suisses, sous couvert du ministre de l’économie et de l’industrie de l’époque.

Il s’agit d’un contrat de 22 milliards de dollars qui ont également disparus.

Probablement, je suppose que l’émir régnant à fait lui aussi « une bonne affaire », s’il ne s’était pas aperçu par la suite qu’il avait payé deux fois : une fois en Suisse où il se faisait soigner, et une autre fois au Koweït aux mains d’un de ses héritiers aujourd’hui à la tête d’un des premiers « fonds souverain » du monde, doté de … 22 milliards de dollars dès sa constitution !

 

Enfin, encore une mention passée inaperçue à l’époque, mais retrouvées depuis : les irakiens ne sont pas repartis de Koweït-City les mains vides en février 1991.

La « menue-monnaie » nécessaires aux dépenses courantes de l’émirat était entreposée dans le Palais et comptait quelques 48 milliards de dollars au dernier inventaire (billets, or, pierres précieuses, valeurs, etc.).

Les irakiens n’en auront restitués que 8…

Un milliard de dollar de billets de 100 dollars, c’est un mètre-cube, une tonne de papier imprimé.

Vous vous souvenez que le frère de l’émir (grand admirateur de Monsieur Michel PLATINI) aura été abattu au moment de la prise dudit palais.

Où quand on vous prévient que c’est « du lourd »…

 

Version plus longue : Découvrant cette « affaire » pour le moins « rigolote » en 2008, je n’adhère pas du tout à la version qu’on m’en donnait sur le moment, à savoir un enrichissement personnel du Président de la République de 1992 (qui s’était déplacé à Ryad et probablement à Doha juste avant l’offensive terrestre, pour ensuite faire une escale passée inaperçue à Luzerne : des officiers ont payé de leur vie pour « savoir » ce détail).

Pas lui, absolument impossible et ça se serait vu, telle a été ma réaction.

D’ailleurs même sa fondation n’est pas si richement dotée. Quant à ses proches…

Et l’argent, ça ne disparaît pas comme ça, par magie !

Les « éliminations », naturellement, il y en a eu jusqu’en son palais (Messieurs BÉRÉGOVOY, GROSSOUVRE et j’en passe une tripotée), pour protéger « son secret » : on sait depuis bien longtemps que la « raison d’État » peut parfois amener à commettre l’irréparable, même à son corps-défendant, et au moins depuis l’affaire BOULIN.

C’est que logiquement, il poursuivait un autre objectif.

 

Politique celui-là : abattre la Vème République, son ennemie intime, en montrant et démontrant qu’elle pouvait être « pourrie », et facilement en plus, depuis sa tête. Son testament politique devant l’éternité. Après sa mort, après son centenaire.

Mais la Vème République est « plus forte » que son principal détracteur…

Il y en a eu d’autres qui ont espéré reprendre le flambeau. Je vous passe le camarade Mélenchon qui a probablement perdu son avenir dernièrement, mais je vous fais remarquer qu’il y en a eu au moins deux autres, tous deux devenus ministres démissionnaires et candidats lors de la primaire socialiste de 2017 qui ont en commun d’avoir participé activement à la commission d’enquête parlementaire sur la moralisation de la finance dans les années 2000 : également tous les deux de fervents promoteurs de la VIèmeRépublique… restée depuis dans le flou des « cartons ».

Pas vraiment un hasard. Vos équipes peuvent confirmer mon propos assez facilement : tous les deux avaient d’excellentes raisons pour avoir été « bien formés »…

Les minutes des auditions de cette commission d’enquête sont d’ailleurs d’une lecture passionnante : feu Joël BLUCHER (un de plus de ces « disparus prématurément »…) me les a fait découvrir.

 

D’ailleurs, vous aurez aussi noté que l’entrée dans le IIIème millénaire aura été justement marquée par des « affaires » de corruption graduellement de plus en plus intenses : on est parti d’Urba et des lycées d’Île-de-France, en passant par les obus iraniens, pour aller vers les frégates taïwanaises, les sous-marins pakistanais, les mirages également taïwanais, les systèmes de télécommunications militaires d’Arabie-Saoudite et même jusqu’aux « Mistral » russes.

On continue probablement avec les Rafale égyptiens, indiens, les mêmes « Mistral » égyptiens, etc. Mais peu importe.

Ce qui est important, c’est le processus et le déclenchement par vos confrères de la presse écrite des deux affaires « Clearstream », la banque des banques et ses comptes fantômes.

La piste est bonne, puisque tout transite à travers les compensations interbancaires.

 

Il en manque d’ailleurs, même s’ils sont postérieurs (et actuellement à l’instruction) sur les comptes de campagne de 2007 et même de 2012 d’un ex-président. D’autres devraient vous intéresser comme le financement du « Bling-bling-au-thon » (*) où on n’a pas bien vu comment la trésorière de l’époque a pu s’emmêler les pinceaux dans les chiffres (au point que les comptes ont été séquestrés par le président d’alors du parti avant « épuration ») ni comment il se fait que le Trésor public n’a toujours pas vu l’équivalent en demande de crédit d’impôt au titre de l’IR de l’année suivante (comme la loi le prévoit).

Bien sûr, il y en a d’autres à venir, comme « Providence LLC » (cf.http://flibustier20260.blogspot.fr/2017/05/la-providence-llc-et-les-macrondleaks.html) ou comme le financement du parti et de la campagne de l’actuel locataire de l’Élysée qui devrait vous émouvoir, puisqu’il y en a été obligé de rester ministre jusqu’à la fin juillet 2016, alors qu’on le pressait de passer à l’action depuis plusieurs mois…

(Premiers posts à venir sur le sujet le 10 décembre prochain sur mon blog :http://flibustier20260.blogspot.fr/ (**).)

Nous vous attendons tous sur ces dossiers-là, naturellement.

 

Mais ça ne répond toujours pas à cette question-première : où sont donc passés les « Milliards de la division Daguet » (d’autant que les vétérans, lâchés dans la nature ne sont toujours pas soignés des effets délétères sur leurs organismes des poussières d’obus anti-char à l’uranium appauvri employés sur le théâtre d’opération et qu’ils se réveillent) ?

Car l’armée, ses soldats, ses sous-officiers, ses officiers, ses généraux sont tous impliqués à des degrés divers – même si les générations passent, les dossiers restent – au point que la « grande-muette » a obtenu ce qu’elle voulait de l’ex-ministre de la Défense durant 5 ans et à peu près ce qu’elle veut dès le budget 2018.

Un hasard ou une nécessité ? Je vous laisse juge.

 

Pour ce qui est des fonds « français », ils ont probablement été utilisés pour financer la réunification des deux Allemagnes.

Ce que Berlin a remboursé depuis, et avec des taux d’intérêt qui étaient à l’époque de l’ordre de 5 à 6 % par an, soit entre 55 et 57 milliards d’euros actuels.

Et plus tard comme fonds de la BERD, dirigée à son origine par Monsieur « D’Jack-@talus » (*), ex-sherpa et conseiller du premier-cercle du Président « Mythe-errant » (*).

Depuis, ils ont été recyclés dans le « Grand-Emprunt » du Président « Krabe-zozo-ski » (dit aussi « Bling-bling », notre ex-« vénéré-président ») (*).

On les retrouve d’ailleurs encore aujourd’hui dans la Caisse des dépôts et consignations (http://www.caissedesdepots.fr/investissements-davenir).

Il faut se rappeler la façon dont le premier « PIA » a été présenté à la presse le lundi 14 décembre 2009 (loi de finances rectificatives de mars 2010) : « C’est 13 milliards de remboursement attendus des banques au moment de l’effort de refinancement du début d’année (le plan de relance de 26 milliards de Monsieur « Dévide-gens » (*).)

C’est un peu plus de 10 milliards de rachat de papier arrivé à terme effectué sur les marchés par l’Agence France-Trésor depuis quelques semaines.

C’est donc seulement entre 11 et 12 milliards empruntés directement sur la place. »

Très fort : tu empruntes pour te faire rembourser et en redonner à peu-près autant…

 

Les 10 milliards de rachat, c’est probablement l’équivalent de 15 milliards de dollars prêtés secrètement par une agence américaine (les taux de change du moment s’y prêtent) pour « calmer » l’émir en 1992 ou 1993 quand il s’est aperçu qu’il s’était fait roulé par « ses alliés » (cf. ci-avant).

Une exigence de Messieurs « Bou-bouche » (*), père et fils, rencontrés « hors de vue » par le Président français lors de ses courtes vacances sur la côte-Est, qui venaient solder les comptes du vainqueur du moment qu’ils avaient consciencieusement soutenu (cf. le désistement de Monsieur « Déesse-Khâ » (*) à la primaire socialiste au profit de la « cruchitude », Miss « Ségololo » (*)…).

Pour ce qui est des fonds « recueillis » par « les alliés », nous en avons perdus la trace. Une partie a probablement servie à « calmer » l’émir koweïtien en 1992 ou 1993. L’autre sert tout aussi probablement à financer des missions secrètes, « hors-budget ».

C’est « anesthésié ».

Or, justement…

 

Justement, après les affaires « Cleastream », dont on rappelle que ce sont justement les agents de la CIA qui en sont à l’origine pour avoir « cornaqué » Monsieur « La-Houde » (*), ce qu’ont montré les enquêtes judiciaires, l’affaire des fuites de la HSBC-Swiss par un informaticien « travaillé » par les mêmes à Genève, l’arme des « Wikileaks » à travers le consortium des journalistes dont vous faites partie, nous sort successivement les « Panama-papers » puis les « Paradise-papers ».

La première bordée dénonce des fraudes, la seconde des « optimisations » légales. Le point commun des deux (et de tous les autres) reste la recherche de « l’argent ».

Et vous savez naturellement qui finance ces recherches que vous vous chargez d’exploiter avec d’autres, pour notre « bonne information » à tous.

 

On en attend d’autres, puisque pour l’heure, il n’y a pas la trace des « milliards disparus ».

Si 57 sont localisés à la Caisse des Dépôts et Consignations française, on en attend plus du double, voire le triple en comptant les « intérêts », situés « par ailleurs ».

 

Ce modeste courrier n’a d’autre vocation que de vous mettre sur la piste des premiers, hors vous indiquer que les « citoyens-lambda » que nous sommes ne sont « pas dupes ». On sait avant que vous nous le disiez.

 

Mais aussi de vous mettre en garde : L’actuel Président de la République française n’est pas un « élu du hasard » et seulement de l’inconsistance (pour ne pas dire pire) du personnel politique français.

Il est en « mission-commandée ». Il a donc « son calendrier ». Et vous pourriez lui être utile, comme vous pourriez le « contrarier ».

À vous de voir et de nous le faire découvrir.

 

Des suites données à ce message dépendront ce qu’il faudra en conclure.

Je ne vous cache pas qu’à mon âge (avancé) ça n’a plus aucune espèce d’importance : j’ai fait mon temps.

En revanche, je « romance » et j’aimerai donner un sens cohérent au prochain opus (**), par simple respect pour mes quelques lecteurs.

 

Très respectueusement à vous et vos équipes,

Je vous prie d’agréer, Chère Madame, l’expression de mon infinie gratitude.

I(***)

 

(*) Je « maquille » les noms propres : je ne suis pas comme vous à pouvoir m’abriter derrière une carte de presse et une audience flatteuse et méritée, pour assumer des procédures oiseuses pour diffamation. Tout rapprochement avec des personnes, des lieux, ou des organisations existants par ailleurs ne peut donc qu’être absolument fortuit.

(**) Dans la droite ligne de ce qui vient d’être dit, je ne peux pas non plus faire autre chose que des « romans », pures constructions de l’esprit, soumises au régime des droits d’auteur et de la création « artistique ».

Absolument pas diffamatoire ni même injurieuse.

(***) Je me cache également depuis toujours derrière un « pseudonyme-absurde » (à l’origine « I² », un nombre « imaginaire ») devenu « incroyable » depuis que j’ai inventé la « Cotisation Sociale sur les Produits Manufacturés » (CSPM) et que, miracle, mes pauvres simulations ont pu montrer tout le bénéfice pour mon pays : c’est aussi une question de respect pour mes divers employeurs, fonctions et clients.

De plus, je communique depuis l’étranger où je trouve un refuge très relatif pour ma sécurité personnelle, et communique en usant du serveur d’un ami qui serait bien surpris d’apprendre l’usage que j’en fais…

Pas possible de me joindre autrement que par courriel.

Et je réponds seulement si « je le veux bien ».

Et le peux encore…

I3

Source : http://flibustier20260.blogspot.fr/2017/11/lettre-ouverte-madame-elise-lucet.html

 


Le retour des « déclinistes » ! (IX)

 

Ils sont incroyables…



Je reprends la série là où je l’avais laissée il y a deux ans, parce que j’ai eu comme un coup de blues qui ne m’a pas du tout fait rire.
Je vous explique : Depuis deux ans, la pauvreté mondiale – celle qui me donne des nausées – aurait tendance à reculer alors que la population mondiale a crû.
Un combat difficile et quotidien de tous les jours pour des milliards d’individus…
Et je vous rapporte le message qu’ils vous adressent une nouvelle fois, à vous, pas « aux autres » : Vous êtes de trop sur cette planète et de plus, jamais vous ne deviendrez riches. Parce que, 1), il faut sauver l’humanité ; 2), vous n’en serez pas !
Aussi simple que ça.


Je reprends donc la suite de cette immense escroquerie qui vous cantonnera à jamais à vous contenter du strict minimum pour survivre. Et encore, seulement si on vous en laisse assez…
C’est qu’ils ont quand même besoin de vous pour vous reproduire (il meurt chaque année 600.000 personnes en « Gauloisie-mortifère », pour la plupart des personnes « plus bonnes-à-rien » [et qui coûtent une blinde aux régimes de retraite et d’assurance-maladie : On en viendra à ce qu’on vous soigne uniquement si vous pouvez continuer « à servir à quelque-chose »] ; pour l’heure ça permet d’entretenir le « système-médical » en l’état), pour que vos gamins subissent à-peu-près le même sort « d’esclave-consentant », à savoir des « consommateurs/producteurs » maintenus sous lien de subordination étroit.


Bon, il y a quelques compensations à ce statut, il faut bien le reconnaître, telles qu’il apparaît encore « attractif », prenant pour modèle les « revenus-à-vie » de la fonction publique.
Ce n’est pas rien.
Mais surtout, surtout, ni vous ni vos mômes ne devez jamais devenir « indépendants », d’abord parce que ce sera l’occasion de vous racketter un maximum tout au long de votre et de leur vie (ainsi que les rentes que vous leur aurait constituées), mais surtout parce que l’avenir de la planète en dépend !
Vous ne le savez pas encore tous, vous-nous, sommes des « crades », des étrons qui en plus salopent la précieuse planète-bleue. Et plus vous en faites, plus vous la dégradez.
Or, pour l’heure, il y’en a qu’une, de planète-bleue…


En plus, comble de malheur, quand on vous demande votre avis par pure commodité « démocratique », vous-nous décidons collectivement que des konneries en barre.
Ça a commencé sérieusement avec le référendum de 2005, ça s’est poursuivi, ailleurs il est vrai, par l’arrivée de « Tsitsi-Passe » en Grèce, par celui sur le « Brexit », par le suivant de « Matéo-le-rital », par les élections autrichiennes et ça se termine avec l’élection de « Trompe » (je vous passez Chavez, naturellement qui parvient à faire faillite assis sur une éponge à « or-noir »…).
Enfin quoi, il n’y avait qu’un choix « raisonnable » mais vous avez préféré écouter le chant des sirènes venues de « Moscou » armant les « populistes »…
Eh bien, vous serez privés de jouer avec les bulletins, sales gamins que vous êtes. Faut pas dékonner avec la planète non plus, et les « sachants » qui sachent tout mieux que vous de votre propre bonheur… et celui de la planète vous le disent depuis « La-Roue-Toute-Rousse » (« l’idiot-utile » du moment) et sur tous les tons, et vous le rabâchent encore tout récemment.
Vous êtes mûrs d’ailleurs. Combien de « votants-utiles » dernièrement ? 75,78 % seulement. Dix points de moins que « la norme » habituelle, 4,7 millions de déserteurs en plus.
Encore un effort, et il n’y en aura plus que la moitié en « Gauloisie-démocratique ».


C’est prévu : Une élection-libre, ça coûte cher, c’est dangereux pour l’avenir, demain, ce seront des grands-électeurs qui seront désignés pour élire leur patron. C’est le système « Beau-Raie-L’Eau » et en plus, c’était dans la constitution originelle de 1958 !
D’ailleurs, on vous y prépare : J’ai lu que « Jupiter » aimerait bien « dépolitiser » les débats sur la vie de la cité…
Et si j’étais lui, la date d’un « 2 décembre » serait parfaite…
Un dimanche.
Si vous ne savez pas pourquoi, aller donc dans vos livres d’Histoire !


Vous n’étiez peut-être pas encore nés (mais moi si !), mais en 1992, 1.700 scientifiques, dont près d’une centaine de prix Nobel, lançaient à l’occasion du Sommet de la Terre à Rio, premier du genre, le « World Scientist’s Warning to Humanity ». Cet avertissement à l’humanité décrivait déjà la destruction de l’environnement, peu conscientisée à l’époque, et soulignait combien notre espèce était « sur une trajectoire de collision avec le monde naturel », si elle ne réagit pas.
Les premiers « déclinistes », et parmi les plus prestigieux, payés pour ça en plus, et armés de bonnes raisons.


Vingt-cinq ans plus tard, leurs héritiers la semaine dépassée, le « monde-scientifique » constate que la situation ne s’est pas améliorée. Au contraire, elle aurait empiré dans tous les domaines en crise, avec une exception, l’affaiblissement du trou de la couche d’ozone, réduit grâce à une forte mobilisation internationale.
Alors 15.364 scientifiques du monde entier (184 pays) ont signé un nouveau cri d’alarme, d’une ampleur sans précédent. Le texte a été publié le 13 novembre dans la revue scientifique BioScience alors que se déroulait jusqu’au 17 novembre, la COP23, sur le climat, à Bonn.
Qui restera un bide monumental…


Ils mettent en garde contre la « destruction du monde entier » causée par l’humanité. Les signataires de l’appel vous conseillent, à titre individuel, de « limiter notre propre reproduction (l’idéal étant de s’en tenir au maximum au niveau de renouvellement de la population) ». Mieux encore, parmi leurs propositions de politiques publiques, ils proposent de « déterminer à long terme une taille de population humaine soutenable et scientifiquement défendable tout en s’assurant le soutien des pays et des responsables mondiaux pour atteindre cet objectif vital ».
Vous avez bien lu : Autrement dit, de limiter de manière concertée et obligatoire la croissance de la population, sur la base des conclusions de la communauté scientifique…
Ils sont fabuleux, non ?
Ils veulent empêcher certains humains de naître (mais lesquels donc ?) pour que les autres puissent survivre dans un environnement propice. Il ne s’agit pas de protéger la « nature », qui ne se pense pas elle-même, mais bien de sauver l’humanité.


Moi, je rigole ! Cette volonté de contrôler la taille du groupe est aussi vieille que notre civilisation. Vous aurez noté que dans le fameux chapitre de la « République » consacré à la démographie de la Cité idéale, Platon souhaitait déjà que les dirigeants décident de la quantité des mariages, « de façon qu’ils préservent le plus possible le même nombre de guerriers et que notre cité, autant que possible, ne grandisse ni ne diminue ». Il ira ensuite encore plus loin et inaugurera l’eugénisme en proposant de sélectionner les jeunes les plus vaillants pour que leur semence se propage davantage…
Et rappelez-vous qu’il aura fallu attendre l’âge industriel pour que la croissance de la population, devenue exponentielle, soit vécue comme une menace plus que comme un désordre.
D’où la fameuse thèse de l’économiste et pasteur anglican Thomas-Robert Malthus dans son Essai sur le principe de la population (1798) : Le rythme d’accroissement de la population l’emporte sur celui de l’augmentation des subsistances, ce qui est facteur de misère et freine « le progrès de l’humanité vers le bonheur », but pour le moins assez sympathique que se propose Malthus.
Mais contrairement à un emploi erroné de l’adjectif  « malthusien », le bon pasteur ne suggère pas à l’État d’intervenir sur la procréation des citoyens. En disciple d’Adam Smith, il croit aux vertus de l’autorégulation. Ainsi l’accroissement de la population doit-il se résoudre par une combinaison d’obstacles « destructifs » (les mauvaises conditions de vie qu’engendre la rareté de la nourriture) et d’obstacles « préventifs » (la contraception), l’homme étant doté de la faculté « de prévoir et d’apprécier des conséquences éloignées ».
Malthus parie lui aussi sur la responsabilité individuelle de chacun. Il se méfie explicitement des gouvernements, trop prompts à « opprimer à loisir leurs sujets en rejetant tout le blâme sur les lois de la nature ».
Leur rôle est plutôt seulement éduquer et de contrôler.
Rappel à « l’ordre-juste » par les « scienteux » du moment : Puisque « ça ne marche pas » ils signent une pétition…
Fabuleuse époque, finalement !


Leur appel vise à agir concrètement contre « une souffrance généralisée (c’est pour votre bonheur de bien-vivre !) et une perte catastrophique de biodiversité ».
Nous avons un « impératif moral » à agir sans tarder contre le « péril » qui menace l’avenir de notre planète sur le plan écologique.
Ils entendent ainsi à interpeller spécialistes, décideurs et le grand public qu’ils appellent à gober leurs fadaises sans discuter : Et je vous le prédis, ils vont être nombreux à le faire pour ce sentir « en souffrance » dans ce monde qu’ils ne comprennent plus (l’ont-ils jamais compris, puisqu’on ne les a pas formés à ça ?) !
ls en disent qu’il est temps de « se remémorer » les mises en garde de leurs aînés et «d’évaluer les réponses que l’humanité a apportées » à cet appel. Depuis 1992, « non seulement l’humanité a échoué à accomplir des progrès suffisants pour résoudre ces défis environnementaux annoncés, mais il est très inquiétant de constater que la plupart d’entre eux se sont considérablement aggravés ». Ils s’appuient, pour ce constat, sur les indicateurs utilisés en 1992 – ressources en eau, déforestation, hausse des températures… – et mis à jour avec les données récentes.


Pointant les conséquences de l’augmentation du volume des gaz à effet de serre (on n’en reparlera, car il ne s’agit toujours pas du CO2 qui plonge au raz-du sol ou dans les océans), de la déforestation et de la production agricole (alors que le dioxyde de carbone c’est pour les tomates et toutes les plantes), les signataires soulignent par ailleurs qu’un «phénomène d’extinction de masse » est en cours, qui pourrait déboucher sur la disparition de plusieurs formes de vie. « L’humanité se voit aujourd’hui adresser une seconde mise en garde », résume le texte.
« Nous mettons en péril notre avenir » en ne prenant pas conscience de certaines problématiques, à commencer par « notre consommation matérielle intense » et lacroissance démographique mondiale « rapide et continue », ou encore l’échec à enrayer la pollution et à protéger les habitats naturels.
« L’humanité omet de prendre les mesures urgentes indispensables pour préserver notre biosphère en danger », résume le texte.
« Les responsables politiques étant sensibles aux pressions, les scientifiques, les personnalités médiatiques et les citoyens ordinaires doivent exiger de leurs gouvernements qu’ils prennent des mesures immédiates », affirment-ils, invitant à mettre en place « une pression de la société civile » et des campagnes rôdées fondée sur « des preuves, un leadership politique et une solide compréhension des instruments politiques, des marchés et d’autres facteurs ».
Mais ce n’est pas tout : Outre la nécessaire action des politiques, « il est également temps de réexaminer nos comportements individuels », que ce soit « en limitant notre propre reproduction » ou « en diminuant drastiquement notre consommation par tête de combustibles fossiles, de viande et d'autres ressources ». Pour les scientifiques, « il s'agit là d’un impératif moral vis-à-vis des générations actuelles et futures des êtres humains et des autres formes de vie. »
Vous n’avez pas pigé ?
« Soyez moins nombreux et vivez pauvrement », SVP !
Pas question d’être plus nombreux, pas question d’être « plus riche »…

Les 1 % de l’humanité qui possèdent autant que tous les autres sont largement suffisants pour la planète et l’humanité !


Et, n’étant pas à un paradoxe près dans leur discours alarmiste, comme pour mieux vous expliquer qu’ils ont raison, ils rajoutent que plusieurs éléments montrent que « nous sommes capables d’opérer des changements positifs quand nous agissons avec détermination ». La diminution rapide des substances néfastes pour la couche d’ozone (qui est probablement due aux « colères » de notre étoile), la lutte contre la famine et l’extrême pauvreté, ainsi que la baisse du taux de fécondité dans plusieurs zones (qui est une question de présence ou non d’un réseau électrique capable de faire tourner une télé) ou du rythme de la déforestation (qui n’est pas enrayée), sont autant de signes que « nous avons beaucoup appris ».
Mais, ces avancées sont toutefois « loin d'être satisfaisantes » et doivent déboucher sur de nouvelles mesures.
Le texte liste ainsi plusieurs exemples de « mesures efficaces et diversifiées que l’humanité pourrait prendre ». Parmi elles, protéger ou « ré-ensauvager » des régions afin de préserver la diversité des habitats (raser les villes et y installer la « jungle » comme celle de Calais) et des espèces et « rétablir des processus écologiques », réduire le gaspillage alimentaire, privilégier une alimentation d’origine végétale (aux herbicides ? Bé je m’en voudrais !…), consommer des énergies « vertes » en diminuant la part des combustibles fossiles (le nucléaire-propre au thorium est-il « fossile » ?), développer des technologies vertes, ou encore aborder la question de la taille de la population humaine.


Je vais te vous dire : Mon niveau de vie actuel (et son confort très relatif), je ne suis pas sûr de pouvoir le maintenir ne serait-ce que quelques années encore.
L’améliorer encore, sûrement pas et à quoi bon d’ailleurs ?
Déjà que, manger un bon steak frit bien saignant et croquant autrement qu’en viande hachée, là où j’exile, ça n’a rien d’évident. Picoler des alcools forts pour oublier, ça devient « hors-de-prix ». Cloper ma pipe au bec, c’est interdit là où je bosse et c’est mal vu dans la « street » voisine.
Et ce n’est pas fini.
Mais de là à « m’euthanasier », « effacer » mon génie-naturel, bé qu’ils sachent que je saurai les recevoir.
Pas né « Corsu » pour rien, avec toute la diversité génétique que je porte en moi, non mais !
Vous en revanche, vous auriez intérêt à leur claquemurer le beignet en leur coupant les subventions payées avec l’impôt piqué dans vos portefeuilles : Ils cesseront peut-être de raconter leurs konneries eugénistes abominables qui se cachent derrière leurs propos de « scienteux » !

I3

Source : http://flibustier20260.blogspot.fr/2017/11/le-retour-des-declinistes-ix.html

 


Twist de « Filo-Chard » =

 

Grosse rigolade !

 

Encore un qui s’est cru plus malin que le commun des mortels et se sera cru autorisé à faire un petit-montage photographique montrant « Jupiter », bras en croix à une tribune quelconque, portant un brassard rouge au bras gôche siglé d’un dollar, sur fond de drapeaux israélien et américain, surmonté des portraits de Jacob der « Bouclier-Rouge » (Roth-Schild), « La-trique-Drap-hi » et « Dj’ack-@talus » sur fond de billets de banque.

Ce gars-là, que je ne porte pas dans mon cœur, pas plus qu’une armée d’autres d’ailleurs, c’est vraiment le « roy-des-kons », un abruti-des-alpes-de-haute-altitude, y’a pas à dire : Mais ce n’est qu’une opinion qui en vaut toute autre, pas un jugement de valeur ni encore moins une injure ou une insulte !

Un opinion fondée sur le fait qu’on passe sa vie en formation-permanente à « apprendre-les-choses » en même temps que d’en restituer un peu à d’autres, et qu’il devrait savoir, à son âge-avancé, qu’en « Gauloisie-sectaire-libertaire », on ne cause pas de nos « feujs » – pas plus que de « nos blacks », « nos beurs », « nos asiatiques » ou de « nos mahométans » – autrement qu’en termes flatteurs.

Quant à nos (et leurs) femmes, elles sont toutes irrémédiablement formidables et les sujets de toutes nos précautions et attentions tellement elles sont gracieuses et précieuses pour l’humanité… par définition et j’en suis fier !

Un étron, quoi, même moi, avec mon unique neurone, je sais déjà tout ça…

 

S’il veut se défouler, c’est permis par les lois sur la laïcité, il s’en prend aux « papistes » et tout ce qui est globalement chrétien (orthodoxe, coopte, maronite, catho) hors les « hérétiques », luthériens, calvinistes, anglicans, baptistes, presse-bite-terriens, mormons, et j’en passe, mais surtout pas plus aux bouddhistes, shintoïstes, taoïstes et j’en passe aussi : Ce serait un manque flagrant de « savoir-vivre », pire même, totalement inélégant.

Pas plus d’ailleurs aux « Chiites », « Sunnites » et leurs dérivés, ce serait « inconvenant » et stigmatisant : L’horreur, quoi, pour tout « bon-citoyen-Gauloisien », et j’en reste fier puisque je m’y plie volontiers.

Et si ça le chante, il peut même mettre un qualificatif odieux devant tous les premiers cités, mais jamais devant tous les autres, au nom du « respect » dû aux minorités qui restent les bienvenues (même en « Corsica-Bella-Tchi-Tchi », c’est dire !) que ça pourrait devenir insultant et récriminé par une ribambelle d’articles du code pénal (du « cousin-Corsu », celui qui a réussi et dort dans son septuple cercueil sous les ors des Invalides entourés de ses maréchaux).

Flûte, même moi, je sais tout ça et veille notamment sur ce blog, à censurer toute trace de commentaire haineux envers quiconque (et tous ceux-là) et à n’en proférer jamais.

De toute façon, ce n’est pas dans ma nature !

 

Bé lui, non…

Du coup, l’ex-trotskyste de la vénérée Ligue Communiste Révolutionnaire, celle « d’Al-hun-Cri-vigne », Gégé est sur le point d’être viré du « P.Soce » et de rendre des comptes à un juge.

Figurez-vous que je m’inquiète : Il n’y a déjà plus grand monde au « P.Soce » qu’ils en sont à virer le petit-personnel et envisager de déménager en des lieux plus austères et moins coûteux, qu’il va finir par ne plus rester personne hors les cadavres dans les placards…

Enfin passons, ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre, finalement : Une page sera finalement tournée et ce sera la dernière, la fin d’un roman de « science-fiction » !

 

Revenons à notre propos. Ce gars-là, il a tout faux. Enfin pas vraiment, mais il reste totalement incomplet, tel qu’il faut se poser la question de ce qu’il a pu apprendre lors de son passage erroné sur la « belle-planète-bleue ».

Encore un qui doit lire mes posts dans l’anonymat (toute relatif : Je te vous préviens-je tout de suite : Même « Gégé » [l’autre… « Colombe »], sait qui visite ce blog et qui lit quoi depuis qu’il a acheté le matériel pour ça) sans rien y comprendre.

Alors je m’explique.

 

Le monde, ce n’est pas très compliqué. D’un point de vue religieux, puisqu’on en parlait à l’instant, la planète se divise en deux parties : Les « religions-du-Livre » (aussi dites « révélées ») et les autres.

Mais comme dit ma « pote-feuj », « si on devait tout croire de ce que disent les religions, on ne s’en sortirait pas ! »

« DJ », un commentateur assidu qui nous a accompagné durant des années sur mon activité bloguesque, en disait qu’il faudrait les interdire.

Je lui répondais qu’on ne peut pas les nier, puisque le « fait religieux » reste un fait. Et qu’on ne peut pas nier les faits…

Passons : Tout ce que je regrette, ce sont les fées et les sorcières de nos ancêtres, balayées par la religion du Christ (dont je suis). Notamment parce que dans ma « Famille-Corsa », il y avait au moins une « sorcière »… Une « Mazzera ».

Très marrante.

Sa fille l’est moins et ses petites-filles sont devenues… toubibs, toutes les trois…

Une tradition dans la continuité, en quelle que sorte.

 

Mais ce n’est pas tout : D’un point de vue « géographie des peuples », il y a deux océans et demi qui divisent le globe en cinq continents. Et ces continents ont des fuseaux horaires qui « coïncident » : La « sphère » américaine, l’Asie, l’Europe-Afrique et au milieu l’Inde et le Moyen-Orient.

On notera que si la mer est un « barrage-naturel » (au moins autant que les montagnes) pour des échanges entre « civilisations & civilisés », la mer est partout (pas les montagnes).

Et loin les uns des autres, les hommes qui peuplent l’Asie ont développé une civilisation plurimillénaire (l’empire du milieu), au moins autant qu’autour de la méditerranée.

Civilisations, avec leurs Histoires, leurs langues, leurs ethnies, leurs coutumes, leurs « back-grounds ».

Dans le tas, le continent africain est un peu à part : Il y a bien un « homme-noir » (de peau : C’est un fait) qu’on ne retrouve pas ailleurs, mais une multitude d’ethnies et de micro-civilisations (un peu comme sur le continent américain avant l’arrivée des européens) qui n’ont pas pu résister à l’envahisseur (« blanc » : C’est un autre fait historique).

Et en Afrique, « l’homme blanc » était autant européen qu’arabe (d’Arabie, ne pas confondre avec les maghrébins, les persans ou je ne sais pas quoi d’autre).

Ce sont les données de base qu’il convient de ne pas nier.

(Les « faits », la dure loi des faits…)

 

Ceci dit, le monde est globalement gouverné par des nations, avec leurs institutions et personnels politiques et étatiques, des nations « armées » qui se sont fait la guerre durant des millénaires et des millénaires, depuis les bords de l’Euphrate et du Tigre, en passant par le Nil et tout le reste du monde connu.

Une constante historique, comme si la vie de la « piétaille » n’était pas déjà assez difficile et courte avec tout ça qu’on en rajoute des difficultés…

Passons.

 

Notez que dans l’évolution civilisationnelle, la connaissance a quand même pu progresser. Et ce n’est pas fini. Tout comme l’immense richesse que représente la diversité infinie deshomo-sapiens-sapiens dont le nombre croît de façon exponentielle au moins autant que leurs « interactions » et « échanges ».

La planète en est devenue un « petit-village ». Ce qui touche l’un, touche tous les autres par la magie des « réseaux ».

C’est d’ailleurs marqué comme ça dans la prophétie de « Jean de Jérusalem », écrite en 1099, quand il te vous nous causait de « l’an mille qui vient après l’an mille » (et les deux suivants, plus récents).

 

Inutile de dire qu’il ne s’agit pas d’un hasard… Ou alors, c’était vraiment un « prophète » ignoré et ostracisé par les autorités du moment pour quelques raisons obscurantistes.

Autorités qu’étaient les « croisés » de l’époque. D’ailleurs, s’en était un lui aussi.

En revanche, son texte a circulé, a été étudié, décortiqué, analysé et transmis de génération en génération.

Et les « éclairés », initiés, cultivés, s’en sont inspirés tout au long du millénaire qui a suivi, à des rythmes divers et en des lieux et dates épars.

Là encore, c’est un fait.

 

Ce qui donne in fine l’époque actuelle. Avec une des premières « forces » qui reste le « sionisme ». C’est probablement une des plus anciennes, puisque « biblique » et c’était prévu par quantité invraisemblable de textes érudits.

Et puis c’est devenu « un fait » de droit public international depuis 1948 avec la création de l’État d’Israël : Incontournable.

La référence de « Gégé-Filo-Chard » est claire, mais incomplète. On ne peut nier un fait comme vins-je de vous le dire, mais le choisir parmi d’autres plutôt que d’autres est un raccourci de l’esprit qui en dit long sur le nanisme du bonhomme.

 

D’autant qu’il met en exergue trois personnages issus de la seconde des « forces » qui œuvrent pour le bien de l’Humanité : Le judaïsme. Les trois personnages représentés sont « feujs ».

Erreur grossière de confondre « sionisme » et « judaïsme »…

Personnellement, j’ai toujours su que si historiquement et « philosophiquement » il reste facile de faire une assimilation, c’est complètement erroné. Il y a quantité de « feujs » qui ne sont pas sionistes, loin de là. Et si  deux des trois choisis sont réputés « riches » (quoique pour « Drap-Hi », ça reste provisoire), j’en connais aussi des « pôvres », voire même indigents.

De plus, même si le judaïsme impose l’idée d’un peuple « choisi » parmi beaucoup d’autres pour être « le » peuple « élu », un autre « feuj » est passé sur la planète pour leur expliquer que le message de « Yahvé » s’adressait à toute l’humanité, dans toutes ses composantes, probablement par opposition à toutes les autres espèces que porte la planète, animaux, plantes, bactéries, etc.

C’est d’ailleurs l’immense supériorité du Christianisme sur tout autre, mais c’est mon « opinion » de papiste et je reconnais à tout autre le droit d’avoir un avis divergent, justement au nom de son enseignement.

Et puis j’ai assez d’ancêtres comme ça qui ont péri parfois dans des circonstances atroces, pour ne pas renier cet enseignement : C’est comme ça !

 

La troisième des « forces » en activité reste la finance internationale (les billets de banque de l’image retirée du sieur « Filo-chard »). Facile, bien sûr d’autant que dans son esprit, il amalgame les « feujs » avec l’argent (eux-mêmes amalgamés avec le sionisme).

C’est un poncif éculé ! Quantité de fortunes ne sont pas aux mains des israélites, loin de là. Pour l’essentiel, il s’agit plutôt « d’hérétiques-protestants ». Et dans le lot, le sieur oublie totalement que désormais, les avoirs arabes (d’Arabie au sens large) sont probablement supérieurs à beaucoup d’autres, à tel point que la FED a dû inonder le monde de QE explosifs en fournissant de la monnaie sortie de rien pour diluer les montagnes déjà constituées.

Et on ne cause même pas de la Chine, en passe de devenir la première puissance économique mondiale avec une monnaie qui rivalisera toutes les autres dans peu de temps, notamment si « Trompe » continue à jouer à l’andouille…

Quand on analyse un peu, on retrouve « la finance-mondiale » dans une organisation informelle et internationale qui s’appelle la « Trilatérale ».

C’est un peu l’OTAN de la finance, élargi à l’Asie et plus globalement à tous les milliardaires de la planète (1.800, pas plus), plus quelques banquiers-centraux « qui comptent ».

D’ailleurs, plus que l’OTAN dont la Trilatérale est issue, c’est devenu au fil du temps le « Davos » de la finance, une sorte de « G20 » du monde de l’argent.

 

Ce qui nous ramène peu ou prou à la quatrième des « forces » qui gouvernent notre monde : Les USA. D’où le drapeau américain dans le « twist » de « Gégé » le mal-luné, plutôt « mal-informé ».

Les USA, depuis Yalta et la fin de la dernière guerre mondiale avec la capitulation, sans condition du Japon, sont devenus, avec des hauts et des bas, le « gendarme du monde » et la plus imposante puissance économique du globe.

Elle dispose de bras armés d’une puissance inimaginable avec ses quantités « d’agences » de renseignement (eux parlent « d’intelligence ») qui savent tout de tout le monde quasiment en temps réel et sont présents sur tous les continents et toutes les mers du globe.

Jusque dans l’espace circumterrestre (et encore plus loin).

Les USA claque un pognon inhumain à maintenir ces technologies au mieux, alors que chacun sait qu’on pourrait avec celui-là éradiquer la faim et la misère du monde.

Peu importe, c’est leur choix plus ou moins conscient.

 

Et pour assurer leur emprise sur le cours des choses, ils s’appuient sur la cinquième des « forces » à l’œuvre, à savoir les organisations internationales. La plupart mises en place au lendemain de la dernière guerre mondiale.

Et qui fonctionnent vaille que vaille sur toute la planète avec des rôles et compétences divers.

On en compte une bonne centaine, entre les plus connues (l’ONU, l’UNESCO, l’IATA, la Croix-Rouge/Croissant-Rouge, la plupart des ONG – Médecins sans frontières, organisation de journalistes, Greenpeace – et même le GIEC d’essence américaine…) et toutes les autres, internationales, transversales, G7, G20, OPEP et j’en passe.

On peut même y rajouter l’UE, les JO un peu antérieurs comme d’une survivance de la SDN, les organisations internationales sportives, culturelles et là encore j’en passe quantité…

Elles créent le lien diplomatique… qui « contrôle » l’évolution du monde.

 

Et justement, la sixième des « forces » qui gouvernent notre univers est encore plus transversale que toutes les autres, puisqu’on la retrouve partout, jusque même en Asie-profonde : La Franc-maçonnerie.

Des « frères » qui ne se connaissent pas, se revendiquent « humanistes » et de « la Veuve et de l’Orphelin ». Ils communiquent en « fratries » indéfiniment solidaires entre elles et leurs membres.

Une organisation opaque, pas toujours décelable, mais qui se divise en deux courants (et plusieurs obédiences) : Les fraternelles « spéculatives » et les fraternelles « opératives ». Les premières « pensent », les secondent « agissent » et s’incrustent à peu près dans tous les autres « organisations ».

Je ne sais pas si « Gégé-Filo-Chard » est un frère, mais en revanche, il est de notoriété publique que « D’jack-@talus » est passé sous le bandeau comme tous ses « frangins », petits-et-grands. D’où probablement sa présence sur le « twist » craignos. Avec surtout, la réaction – judiciaire – de l’intéressé.

Naturellement, on en compte beaucoup dans nos partis politiques, notamment « Soce », mais pas seulement : Notre appareil judiciaire, notre armée, nos gendarmes, nos hauts-fonctionnaires, dès qu’ils ont de « hautes responsabilités » envers la Nation et ses citoyens, s’ils ne sont pas maçons, ils sont entourés par ceux-là. Et il y en a autant chez les « Républicains-démocrates » (même s’ils s’en vont un à un en ce moment) et une forte densité dans les partis-centristes de diverses tendances. Je vais vous dire : Chaque « tendances » correspond à un réseau de loges.

Pire encore – et de tradition séculaire – en « Corsica-Bella-Tchi-Tchi », vous en aviez 19 ! Autant que de partis politiques à la belle époque.

Les meks, dans la même ville (que je fréquentais encore il y a peu), ils se croisaient, ils faisaient semblant de ne même pas se saluer… alors que dans une ville comme Calvi ou Île-Rousse, tout le monde connaît tout le monde : Forts !

C’est simple, même moâ-même, j’en croise encore perpétuellement sur des « dossiers chauds et épineux » et toujours à des fonctions «  et grades » des plus respectables.

 

Ceci dit, surtout à ces derniers mais aussi à tous les autres, on doit « les Lumières », les deux constitutions de 1735 et de la dernière de 1755, celle de Paoli « frangin » reconnu, en « Corsica-Bella-Tchi-Tchi », celle des USA de 1787, la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, etc.

Des apports décisifs de notre monde moderne.

 

Enfin, la septième des « forces » : Les forces dites « des ténèbres ». Elles ont toujours existé depuis la plus haute antiquité et se manifestent par des « reculs » dans la progression de « l’humain » vers « les Lumières ». Je vous laisse les désigner, mais les plus tragiques ont donné des génocides impitoyables, que ce soit en Allemagne, en Chine, en Russie, en Cochinchine, encore en Turquie, en Ukraine, en Syrie, en Irak et j’en passe toujours.

Elles ruinent pour vouloir « épurer »… C’est leur signature.

Un désastre perpétuel et renouvelé par cycle.

Inutile de vous dire qu’elles s’opposent à toutes les autres, la plupart du temps.

À peine tempérées par la huitième des « forces » que sont celles des religions christiques.

Qu’on retrouve d’ailleurs dans les premières citées…

 

Ceci dit, tout se décide finalement dans votre dos et en votre nom : Quand trois « forces » sur les sept premières sont d’accord et ne soulèvent pas l’opposition d’au moins trois des quatre autres, les choses « bougent » et avancent.

Dans le cas contraire ça « piétine »…

Vous pourrez d’ailleurs utilement lire l’actualité géopolitique et même politique à travers ce simple filtre tout bête et tout s’éclaire comme d’une cohérence impeccable.

Y compris le message de « Filo-Chard » (et les réactions qui s’en suivent) : C’est quasiment « magique » !

 

Car il n’y a guère de doute, « Jupiter » est bien « l’enfant » de ces « forces ». Je vous raconterai ça, le comment, dès le 10 décembre, époque où je bloquerai vos commentaires pour n’être pas « en surface » à pouvoir les contrôler avant mise en ligne, et qui sont des extraits de « Ultime récit – suite » à découvrir cet été prochain.

Le « pourquoi » est un peu plus compliqué à expliquer : Il y a eu comme des « ratés » en 2016. Le premier et le plus « impactant », c’est le « Brexit ». Le second c’est clairement l’élection de « MacDonlad-Trompe », des événements tous les deux dus à des « relâchements » et une sorte d’aveuglement collectif alimenté et mis en scène par les instituts de sondage.

Il fallait réagir lourdement et reprendre la main.

Ce qui a été fait en mai 2017 pour un nouveau départ. Et l’heure reste à régler le cas de l’Allemagne, ce qui va être très intéressant à suivre.

On en verra les enjeux une autre fois…

 

I3

Source : http://flibustier20260.blogspot.fr/2017/11/twist-de-filo-chard.html